Chaque année, près d’un million de tonnes de branches, résidus de tonte et feuilles partent en fumée. Pourtant les impacts sanitaires et environnementaux sont démontrés : par exemple, brûler 50 kg de végétaux à l’air libre émet autant de particules fines qu’une voiture diesel récente qui parcourt 13 000 km. Broyage, paillage, compostage, valorisation énergétique : les alternatives au brûlage valorisent cette ressource et se développent dans les territoires.


Les collectivités sont des acteurs clés pour activer les changements de comportement. Elles créent les infrastructures et accompagnent la montée en compétence des citoyens. La brochure de l’Ademe  Alternatives au brûlage des déchets verts dresse un état des lieux des alternatives au brûlage des végétaux. Enrichie de conseils d’experts et de témoignages, elle distingue les facteurs de réussite et les bénéfices obtenus. Les collectivités peuvent ainsi identifier et mettre en oeuvre les solutions alternatives adaptées à leurs territoires. Après avoir identifié les freins à l’arrêt du brûlage des déchets verts, les collectivités accompagnent les particuliers dans l’adoption de pratiques vertueuses. Pour développer ces solutions alternatives, elles peuvent solliciter un soutien financier auprès de l’ADEME.

Le guide à télécharger ici

 

 

Partager l'article...
Share on Facebook
Facebook
Share on Google+
Google+
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin