Depuis le 1er janvier 2019, la vente, l’usage et la détention des produits phytosanitaires de synthèse est interdite pour les particuliers.  Après les collectivités il y a 2 ans, c’est au tour des particuliers de changer de méthode de jardinage. C’est l’application de la dernière échéance de la loi 2014-110 du 6 février 2014, dite « loi Labbé ». Les seuls produits utilisables sont désormais les produits de biocontrôle, les produits utilisés en agriculture biologique ou les produits à faible risque.

Rappel des faits. Le 22 juillet 2015, l’Assemblée nationale a adopté la loi de transition énergétique pour la croissance verte qui prévoit la mise en place de l’objectif zéro pesticide dans l’ensemble des espaces publics à compter du 1er janvier 2017  : interdiction de l’usage des produits phytosanitaires par l’État, les collectivités locales et établissements publics pour l’entretien des espaces verts, promenades, forêts, et les voiries.

Depuis le 1er janvier 2017 les pesticides chimiques de synthèse ne pouvaient plus être vendus au grand public en libre-service, depuis le 1er janvier de cette année c’est désormais interdit. Prévu initialement pour 2022 cette interdiction a été avancée de 3 ans.

Partager l'article...
Share on Facebook
Facebook
Share on Google+
Google+
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin