On se demande parfois si, en ville, on ne va pas produire trop de compost et ne pas savoir qu’en faire… En réalité on n’en a jamais assez d’autant que vos biodéchets sont plein d’eau et vont fondre comme neige au soleil !

Le compost produit est tout d’abord partagé entre ses co-producteurs qui vont l’utiliser pour leurs plantes d’intérieur ou de balcon (voir notre article sur l’utilisation du compost). Si vous n’avez pas la main verte, d’autres co-producteurs l’ont et seront heureux de récupérer votre part du butin.

C’est ensuite au jardin qu’il pourra être utilisé, soit pour enrichir le sol du jardin partagé que le projet de compostage partagé aura d’ailleurs peut-être déclenché, soit tout simplement pour fertiliser les végétaux des parties communes (au pied des haies, des massifs de fleurs et même sur la pelouse pour la régénérer). Pour ce faire un rendez-vous avec votre bailleur, votre syndic ou le conseil syndical doit s’organiser pour que la consigne d’utilisation de ce compost soit bien passée et prise en compte par le prestataire espaces verts de la résidence. Le renouvellement du contrat de ce prestataire est le moment idéal pour fixer les nouvelles « règles du jeu ». Dans le même temps vous pouvez d’ailleurs également rappeler à ce dernier que vous souhaitez récupérer à l’automne, pour équilibrer votre compost, le stock de feuilles mortes (sèches) comme les tailles de haies, et que si un élagage doit être effectué vous souhaiteriez que ces branches soit broyées sur place et que ce broyat vous soit également mis à disposition.

Attention il est interdit de céder, même gracieusement, du compost s’il ne respecte pas la norme NFU44051 (norme que respecte sûrement votre compost mais dont l’analyse est onéreuse), son utilisation est donc réservée aux co-producteurs investis dans cette aventure collective du compostage partagé.

Partager l'article...
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin